Ecouter les pierres

Dernier quartier de lune.

C’est l’entrée dans le règne minéral.

Qu’est ce que j’ai à dire de moi ? Quelle trace vais-je laisser au monde ? Les murs de ma maison garderont-ils le reflet de mon âme ? Mon empreinte restera-t-elle gravée quelque part ?

Ce matin, j’ai lu un entretien avec Jean Malaurie qui a résonné en moi dans mes interrogations.

Il y a une énergie cachée dans la matière, une intelligence… Jean Malaurie.

Cet explorateur d’une grande liberté de conscience, géologue, éditeur de la collection Terre Humaine et chercheur, évoque son expérience dans le Hoggar mais aussi sa vie chez les Inuits dans l’Arctique.

Il m’enchante et me surprend. Il parle aussi de cette université créée en Russie : l’Académie polaire de Saint-Pétersbourg dédiée aux cultures polaires ancestrales qui met à disposition œuvres et objets pour étudier rites, croyances, cosmogonie. Quelle bonne surprise russe.

On navigue toujours dans des zones grises entre ce que l’on croit connaître et ce qui est. Étonnante Russie. On avance inexorablement en suivant ce qui nous semble important, nos valeurs, ce en quoi on croit et les surprises de la vie.

C’est pourquoi cette matérialité nous est si nécessaire. Elle nous rassure et nous donne une espérance dans le futur, nos projets et nos rêves. Nous ne sommes pas des êtres éthérés. Nous sommes faits de chair, de sang et d’eau.

Notre vie et nos émotions sont un terreau magnifique pour expérimenter notre nature humaine si précieuse et si fragile.

Avec ces couleurs tracées à la main sur du papier épais, je retrouve le langage premier, d’avant la parole, celui des peintures de la grotte de Chauvet, qui recèlent une vérité qui ne doit rien à la raison cartésienne. Jean Malaurie

L’Art encore et toujours pour laisser sa trace, venu du fond des âges, il est notre lien avec ce que nous ressentons de l’immensité du monde et de nos éternels questionnements, nos peurs, nos tripes, notre coeur et notre âme.

Humains perdus au milieu de ce mystère qu’est l’immensité. Que faisons-nous de nos talents, de ce que avons dans nos mains et dans nos esprits ?


Merci de votre lecture et partagez si cet article vous a plu.

Si vous voulez allez plus loin, découvrez le livre-jeu Jouer avec le vent.

Source : Télérama n°3681 du 1er au 7 août 2020, image Morguefile.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :